L’Express – Actualites Politique, Monde, Economie et Culture

Harcelement moral: dix scenarios pour ne pas crier au loup trop vite

Tensions, disputes, stress ou mauvaises conditions de travail sont-ils synonymes de harcelement moral? Pas forcement! Mes explications d’Arnaud Chaulet, associe au cabinet Flichy Grange Avocats, Afin de ne pas tout melanger.

S’il laisse ses salaries subir des agissements relatifs a du harcelement, l’employeur encourt des sanctions civiles et penales.

Eclats de voix, periodes de stress ou mauvaises conditions de travail ? Simples desagrements d’une life en entreprise ou carrement harcelement moral ? Pas forcement facile de trancher.

Pour ne point tout melanger, nous avons soumis dix situations a un avocat. Voici l’eclairage d’Arnaud Chaulet, associe au cabinet Flichy Grange Avocats.

“Je suis tellement stresse que je ne dors plus”

• Situation 1. Ces temps-ci, j’ai vraiment de nombreux projet: j’dois absolument satisfaire a 1 appel d’offres auquel participe mon firme. Je demenage tous les soirs apres 20 heures. J’ai meme du ramener des dossiers a la maison le week-end. Mon manager me met une pression maximum: j’en perds le sommeil.

> L’avis du specialiste: ce n’est nullement du harcelement. Je dirais aussi que c’est une situation completement normale. Un evenement professionnel ponctuel qui engendre une surcharge d’embauche plus importante que d’ordinaire et qui est justifiee par une raison objective n’a rien a voir avec du harcelement. Le critere de base du harcelement, c’est la repetition des faits qui degrade a terme les conditions d’embauche. Attention a gui?re tomber dans l’exces et ne pas voir du harcelement partout!

• Situation 2. Depuis certains mois, mon manager me procure sans arret du travail, sans que je sache vraiment quel est l’objectif global. Cela vient tout moyen en verifier l’avancement de facon excessivement tatillonne, et donne chaque jour de nouvelles consignes. J’en perds le sommeil.

> L’avis du specialiste: c’est assez proche du harcelement. Plusieurs demandes systematiquement floues, contradictoires ou injustifiees peuvent etre de nature a caracteriser du harcelement. Notre salarie se retrouve a ne plus savoir quoi ou De quelle fai§on Realiser, faute d’avoir 1 objectif defini, et ce alors meme que, parallelement, il fait l’objet d’une surveillance “excessivement tatillonne”. Il serait attractif de savoir si votre traitement reste reserve a une personne en particulier ou a toute l’equipe.

“Personne n’est jamais d’accord avec moi au article!”

• Situation 3. Un de mes collegues de l’equipe commerciale s’oppose tres regulierement a mes decisions. I§a ne sera d’accord ni sur les methodes (qu’il degote trop “agressives” avec les clients), ni sur faire mes priorites. Entre nous 2, ceci derape souvent en remarques acerbes.

> L’avis du professionnel: il ne s’agit pas de harcelement. Il va y avoir des desaccords entre collegues, votre n’est gui?re Afin de autant du harcelement. Rien n’indique que celui-ci y a une degradation des conditions d’embauche de cette personne, ni d’atteinte a une dignite.

• Situation 4. Mon superieur me reproche de ne point bosser selon la politique commerciale definie. Pourtant au meme moment, il me demande plus d’initiative. Il n’est d’accord ni sur les methodes (qu’il degote trop “agressives” avec les clients), ni sur mes priorites. Il me claque savoir tres regulierement avec de petites remarques acerbes.

> L’avis du professionnel: c’est assez proche du harcelement. Dans votre scenario, le salarie subit personnellement les agissements. Recevoir des instructions contraires a repetition ou etre confronte a un comportement contradictoire va etre destabilisant. Subir des remarques “acerbes” au quotidien peut constituer une forme de harcelement.

“On me surveille de (trop) pres”

• Situation 5. Mon manager est i  propos des nerfs. Irascible, il n’accepte aucun contestation, surveille de tres pres toute l’equipe, et lance des remarques blessantes plusieurs fois via jour. Lui-meme sous pression du directeur general doit remplir les objectifs de l’annee.

> L’avis du specialiste: on ne va gui?re parler de harcelement. Dans cette situation, les divers indices meriteraient plus de explications. Que veut dire “Surveiller de tres pres?” Ou met-on le curseur? A quel moment decide-t-on qu’un manager depasse les bornes? Si des remarques blessantes ne semblent jamais normales, une surveillance de son equipe ne constitue gui?re en soi un parami?tre critiquable.

• Situation 6. Mon manager est irascible, il n’accepte nullement la contestation, me surveille de fort pres, ainsi, me lance des remarques blessantes plusieurs fois par jour. Cela ne subit aucune pression particuliere le conduisant a “serrer les boulons”.

> L’avis du professionnel: on se rapproche du harcelement. A la difference une situation precedente, le comportement du manager ne semble viser qu’une seule personne. Le manager se focalise concernant un salarie, sans raison apparente, ainsi, multiplie les reflexions blessantes. Subir plusieurs fois avec jour des remarques blessantes ou humiliantes est un criti?re constitutif tout d’un harcelement.

“Mon manager reste agressif”

• Situation 7. Pour des raisons personnelles, je ne me suis jamais rendu au bricolage Hier. A mon arrivee au bureau, mon manager me reproche publiquement d’arriver aussi tard.

> L’avis du professionnel: votre n’est pas du harcelement. Se faire recadrer avec son chef, c’est normal. Surtout Lorsque l’on est en faute comme c’est la situation de ce salarie, arrive en retard et sans prevenir i  priori. Notre critique pourrait mettre sur le fait que le manager a formule une remarque en public car il n’est jamais necessaire d’etaler ces reproches devant n’importe qui. Mais si les remarques paraissent justifiees, dites sur un ton normal et sans volonte d’humilier ou de rabaisser le salarie, il ne s’agit pas de harcelement.

• Situation 8. Pour des raisons personnelles, je ne me suis jamais rendu au article aujourd’hui. A mon arrivee au travail, mon manager me reproche publiquement mon retard. Ce n’est pas la toute premiere fois qu’il eleve la voix concernant moi. Tous les jours, pour 1 motif ou l’autre il deniche des reproches a me faire.

> L’avis du specialiste: on peut penser a du harcelement. Un chef est en mesure de formuler des critiques. Neanmoins, elles doivent etre justifiees. Plusieurs reproches repetes, infliges de facon vexatoire, devant temoins seront qualifies de harcelement moral si ces faits entrainent une degradation des conditions de travail ou de l’etat de sante de la victime. Mes agressions verbales paraissent de ce avis un facteur d’une degradation des relations d’embauche. En l’espece, l’interesse subit des reproches tous les jours, Afin de n’importe quel motif, le ton employe etant manifestement deplace. Mes caracteristiques du harcelement apparaissent


Deja un comentario